Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 23: Le Congo

Chapitre 23: Le Congo

mercredi 3 décembre 2008

La route est tranquille

Légende Photo: En bas à gauche le site (petit point bleu au milieu de la zone bleutée qui correspond à la zone d'exploitation du sude Koweit), le petit point bleu en bas à droite c'est la ou je me loge et le petit point bleu en haut c'est le centre de Koweit city)
Le site d'exploitation est immense, il s'étend sur plus de 80km de long en une quarantaine d'installation au milieu du désert, notre site étant à l'extrémité nord ouest de la zone. Pour y Justifieraccéder, il y a deux routes, jusqu'à maintenant on prenait la route nord ou l'on rentrait dans le site au dernier moment, ce qui veut dire que l'on faisait la plupart du voyage avec les fous du volant. On prenait celle-ci car personne ne nous avait montré l'autre et en la prenant une fois, on s'était perdu. Hier on m'a montré la route par le coté sud et on rentre dans l'univers privé de la Koweit Oil Company des le début du trajet, ce qui veut dire que l'on évite tous les tarés et c'est beaucoup plus sur, même si on doit du coup passer trois postes de contrôle au lieu d'un seul. Trois, parce que l'on rentre puis l'on ressort pour se retrouver près de la base aérienne américaine et on re-rentre de nouveau. La route est tranquille et on doit juste faire attention aux gendarmes couchés (les dos d'ânes) mis au travers de la route pour faire ralentir et aux boites à radars fixes ou mobiles disposés un peu partout le long de la route. En plus, je gagne 15km sur le trajet passant de 95 à 80km. Je suis content d'éviter ainsi au maximum les fadas de la route car cela commencait à me faire pas mal flipper de voir chaque jour au moins une nouvelle carcasse de voiture complètement détruite en pleine ville au milieu du carrefour. Il faut dire que même si le conducteur doit ici acheter son permis (on ne voit jamais d'auto-école, ca n'existe tout simplement pas, celui qui veut conduire doit aller à un bureau, payer et repartir avec son permis), ceux qui construisent les routes ne font pas grand chose non plus pour améliorer la sécurité ou font plutôt plein de choses pour la rendre plus dangereuse, comme les demi-tours disposés à intervalles réguliers entre les deux voies d'autoroutes avec donc des véhicules lents qui déboulent tout d'un coup sur la voie rapide ou bien les travaux non signalés, les carcasses non déblayées et les bifurcations non indiquées.

Aucun commentaire: