Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 23: Le Congo

Chapitre 23: Le Congo

mardi 18 août 2009

Des procédures communes d'embauche

Je ne sais pas si dans le monde entier il y a des procédures communes d'embauche des gardiens de site, ou si c'est le boulot qui veut ca, mais c'est sans conteste le métier ou l'on trouve le plus grand taux de crétins. Remarque, je crois qu'ils se tirent la bourre avec les douaniers. Sur ce site, ca ne déroge pas à la règle, à part que vu le nombre de contrôles, ca devient carrément effrayant. Premier contrôle, le gardien veut savoir ce qu'il y a dans le coffre, ca a l'air normal. Deux mètres plus loin on nous arrête pour contrôler le badge, pourquoi le premier ne l'a pas fait? Bon, ca va encore. Après contrôle sur le bas coté à 15 mètres à peine après le passage de l'entrée principale avec re-ouverture du coffre et de la porte arrière (il n'aurait pas pu voir que son collègue avait déjà fait cette vérification?). Mais, justification suprême, celui la est équipé d'un miroir pour voir ce qu'il y a sous la voiture, des fois que l'on aurait mis du syntex (mais pourquoi ne fouille t'il pas la boite à gant ni sous le siège dans ce cas la?). On fait un bon kilomètre, contrôle, on re-re garde le badge, pourtant on n'a rien pu faire, on est toujours dans l'enceinte et on n'aurait pas pu rentrer à l'improviste par ailleurs. Puis on sort de la première enceinte, -. Contrôle routier au milieu. Deuxième enceinte, on remet le couvert (contrôle du coffre, de dessous la voiture, ouverture des portes puis contrôle du badge). Et la, oh que la lumière fut, le gardien décrète que le badge qui m'a permis de rentrer jusqu'ici n'est pas un original car en noir et blanc, il veut celui en couleur, on a beau lui expliquer que ses collègues m'avaient tiré le portrait sur une imprimante qui ne faisait pas la couleur, son cerveau a mis au moins 5 minutes pour analyser la situation et enfin nous laisser passer. Un autre jour, ca sera autre chose. Enfin au milieu du site, dernier contrôle, des fois que l'on aurait volé du gaz et qu'on l'aurait mis en vrac dans la bagnole, je ne sais pas moi, on pourrait remplir l'habitacle de méthane ou d'H2S!

Aucun commentaire: