Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 23: Le Congo

Chapitre 23: Le Congo

lundi 17 août 2009

Une fourmilière de travailleurs

Au début que je suis arrivé ici, j'ai eu une réunion de chantier avec toutes les parties et on a décidé d'un calendrier, une marche à suivre. Ce qu'il y avait d'impressionnant alors, c'est que sur lors de cette réunion, toutes les activités se faisait presque en même temps et je me demandait s'ils avaient une fourmilière de travailleurs pour accomplir tout ce travail en si peu de temps, puis comme personne ne réagissait, je me suis dis que j'étais en Inde et que donc la main d'oeuvre ne devait pas manquer vu le nombre de gens, je n'avais bien vu que 3 mécaniciens, mais bon les autres devaient être ailleurs. Puis petit à petit, j'ai compris. En Inde on ne dit jamais non à un chef, mais après on fait ce que l'on veut et on le fait très, très mais très lentement. Tout d'abord, ils commencent tard, à 9 heures sur le papier, mais à 9 heures c'est l'heure ou l'on palabre entre collègue avant l'heure du journal puis celle du thé, des mails et enfin vers 10h30, 11h quelques courageux émergent sur le site. Disons que l'ensemble des gens est au travail à 11h mais pas pour longtemps car c'est déjà bientôt l'heure du déjeuner et à 12h30 tout le monde part pour manger et ne reviennent officiellement qu'à 14h mais dans les faits à 15h voir 15h30 ou 16h. Et à 17h30 on plie les gaules car le bus part à 18h. Du coup, si il y a 4 heures de boulot dans une journée, c'est que c'était très efficace. Et dans ces heures, je ne parle même pas du temps perdu a appeler le chef qui appelle le responsable de tel corps de métier qui va chercher un ouvrier qui n'a pas ses outils et qui repart chercher ses outils, manque de pot, ce ne sont pas les bons, donc le voilà reparti, puis en chemin il s'aperçoit que c'est l'heure du thé et reviens donc une heure après. Et comme mes trois mécaniciens ne se sont pas multipliés, ce qui devait être fait en une journée sur le papier, n'est pas encore fini une semaine après.

Aucun commentaire: