Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 23: Le Congo

Chapitre 23: Le Congo

mercredi 3 mars 2010

Les chiens eunuques

Le problème avec les chiens errants, c'est que l'on ne sait jamais comment ils vont réagir.Quand j'en vois un tourner autour de moi pour se retrouver derrière, je lui fais face, histoire de montrer qu'il ne m'aura pas avec son air sournois, mais quand un chien grogne en faisant face, là on se sent nettement moins malin et s'il ne s'éloigne pas quand on avance en criant et montrant du doigt, alors il n'y a plus qu'à les croiser (les doigts) pour qu'il n'aille pas plus loin. Heureusement, ce n'est pas encore arrivé jusqu'à ce point et je n'ai pas croisé de hordes ,avec à leur tête, un cabot plus téméraire et plus teigneux que d'autres. Je ne sais pas pourquoi les gens ici ne s'équipent pas de fusils pour les shooter et ainsi diminuer la population. Je n'aurai jamais cru parlé comme cela, mais devant une telle prolifération, je pense que c'est la seule solution qui leur reste, il est trop tard pour parler de contraception et de chiens eunuques, le mal est fait depuis bien trop longtemps.Le problème est que l'on n'est nulle part à l'abri, aussi bien en ville que dans les enceintes des usines ou à la campagne et si les faits divers faisant état de hordes ayant attaqués des gens ou des enfants sont monnaie courante ici, je ne tiens pas à faire partie des victimes.

Aucun commentaire: