Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 22: Le Ghana

Chapitre 22: Le Ghana

mardi 13 juillet 2010

Des fermes à méchouis et cotelettes

Riyadh est, comme toutes ces villes du golfe, une ville ou le piéton n'a pas sa place. Les rues qui traversent la ville sont des autoroutes et les distributeurs d'argent se présentent comme des guichets de péage ou on a juste à ouvrir la vitre pour retirer son argent. De toute façon, un piéton n'irait pas loin avec les chaleurs qu'il fait ici, a moins d'avoir un camion citerne d'eau qui le suive (car il fait ici entre 35 degrés au plus bas en pleine nuit et 50 degrés en début d'après midi). Une fois quitté la ville, le désert reprend ses droits et l'on se retrouve sur une route monotone entre les usines puis les dunes, avec par endroit des champs d'herbe toute verte de forme circulaire, la forme réalisée par le portique géant qui arrose en tournant autour de son axe. Plus loin, les mêmes cercles mais jaunis cette fois et avec des bottes de pailles qui attendent d'être chargées sur des camions pour fournir des fermes à méchouis et cotelettes. Par contre, je ne sais pas d'ou provient l'eau pour verdir ainsi le désert. Puis de nouveau ce gris jaune du sable et enfin après 300 km de route plutôt en bon état, me voici enfin arrivé sur le site.

Aucun commentaire: