Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 22: Le Ghana

Chapitre 22: Le Ghana

vendredi 24 septembre 2010

Recouvrir son forfait de sable

Quand on va pour la première fois sur le site, on se fait avoir, car au moment ou l'on a une petite envie pressante, on a le reflex de se diriger vers les toilettes, et quand on rentre dans la salle ou il y a les lavabos on ne s'inquiète pas trop de l'eau qui est sur le carrelage avant de vite réaliser que celle-ci vient des toilettes qui débordent. Il faut dire que l'odeur n'était pas trop forte la première et dernière fois que je me suis fait avoir, mais depuis, chaque fois que je descend l'escalier qui vient de la salle de contrôle pour sortir, je dois me boucher le nez. La conséquence, c'est que si on reste trop longtemps sur site, il faut soit croiser les jambes en espérant que l'on n'en a plus pour long, soit partir vers les installation et se trouver un recoin un peu caché derrière des tuyaux pour se soulager la vessie et tel un chat, recouvrir son forfait de sable. Le pire est que cette situation perdure depuis je ne sais pas combien de temps et que personne du site ne s'en offusque et le pire du pire est que c'est là, dans un recoin de couloir, juste à coté la porte des toilettes qui est toujours ouverte que les locaux font leur prière. Les mauvaises langues athées en conclurait qu'ils ont ainsi la preuve que dieu c'est de la m..., pour ne froisser personne, je ne m'avancerait pas jusque là...

Aucun commentaire: