Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 23: Le Congo

Chapitre 23: Le Congo

dimanche 16 janvier 2011

Rouge clair, rouge vif voir rouge violacé mais rouge

Partout ou on va et qu'il y a un petit peu de soleil, on repère tout de suite les anglais, ce sont systématiquement ceux qui se mettent torse nu en plein soleil en train de se faire griller la peau. Ils veulent sûrement faire bronzer leurs tatouages, parce que soleil ou pas soleil, la peau nue est rare sur un anglais. Et le peu d'espace libre qui reste vierge du drapeau blanc à croix rouge, de leurs messages nationalistes à la noix, des dragons, tartans ou d'autres conneries de ce genre, est de toute façon rouge quelque soit la longueur de l'exposition au soleil, rouge clair, rouge vif voir rouge violacé mais rouge. D'habitude, il y a une autre façon de reconnaître un anglais, c'est celui qui a vissé ou même soudé une canette de bière dans sa main droite. Mais ici, il n'y a pas de canettes, donc avant d'être mobilisé, il a du passer chez le soudeur zingueur pour que celui-ci passe un coup de disqueuse et fasse disparaître cette protubérance peu propice au pays visité. Ils sont tous comme ça? Non, il y a une exception, un anglais de l'autre classe, celle que l'on trouve plutôt en Angleterre et non pas sur les sites pétroliers, la classe des éduqués tellement typique elle aussi. Celui là, vient d'Oxford et est donc tu type offly offly ne buvant que du thé, ne révant que de fish and chips, expliquant qu'il avait été choqué en Azerbaïdjan, que dans un restaurant, on ose lui demande de s’asseoir sur des coussins proches du sol pour manger et qu'il n'y ait pas de fourchettes, qui part chaque année en croisière avec madame visitant les quatre coins du monde au gré des escales imposées mais sans surtout s'attarder et qui est somme toute assez marrant comme caricature dans son genre. J'avoue que je m'entend bien avec lui, mais je ne peux pas m'empêcher de penser aux personnages d'Agatha Christie quand je le voit.

Aucun commentaire: