Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 22: Le Ghana

Chapitre 22: Le Ghana

mardi 13 décembre 2011

Dans la Peau de John Malkovich

J'avais déjà écris au sujet de l'aéroport de Paris Charles de Gaulle et comment je trouvais cet aéroport le plus nul du monde avec cette façon de faire sortir les personnes de la zone internationale pour y re-rentrer après dès qu'ils ont une correspondance qui fait changer de lettre dans le même terminal comme par exemple du 2F au 2E juste à coté, juste histoire de refaire la queue pour le scan quand ce n'est pas nécessaire, renlever sa ceinture, ses chaussures, sa montre, sa veste, ses clefs, sortir le PC, l'Ipad, le téléphone alors que l'on était déjà en zone internationale et que l'on aurait pu y rester. Déjà tout cela avait de quoi enrager n'importe quel passager avec une correspondance un peu tendue, mais ce n'est rien à coté du terminal 2G. Le concepteur de l'aéroport était un jour fâché, de mauvaise humeur et a voulu se venger avec les voyageurs et il a conçu le 2G. Quand on veut se rendre au 2G on sort bien entendu de la zone internationale et on suit les panneaux 2E, 2G qui nous amène au 2E puis on doit sortir dehors, attendre dans la pluie une navette arrivant toutes les 6 minutes et qui est bondée, se serrer comme dans le RER en heure de pointe pour un trajet de 6 minutes depuis le 2E mais pour plus du double si on vient du 2A ou 2B et près de 30 minutes si on arrive du terminal 1. On arrive finalement dans un vulgaire hall de gare noir de monde avec pas assez de sièges pour s'assoir aussi bien en zone comune que dans le salon, deux trois magasins à la con pour faire quand même aéroport et un tableau d'affichage n'indiquant les portes d'embarquement qu'au moment ou il faut embarquer. Si encore ils avaient nommé ce terminal avec un autre chiffre que le 2 qui faisait penser que l'on était proche des autres numéros 2, il y aurait moins eu tromperie sur la marchandise, ils auraient même pu l'appeler 3 1/2 pour faire style "Harry Potter" ou "Dans la Peau de John Malkovich". 

Aucun commentaire: