Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 23: Le Congo

Chapitre 23: Le Congo

jeudi 8 mars 2012

La température et les mouettes

A chaque retour sur Aberdeen, je suis frappé par deux choses, la température et le bruit des mouettes. Pour la température, ce n'est jamais comme on s'y attendais, car alors que je m'attendais à un grand froid du grand nord, je suis surpris par la douceur actuelle comme je l'ai été par la froideur en été. Les mouettes, c'est le symbole sonore d'Aberdeen, on ne peut aller nulle part sans entendre leur cri. Mais Aberdeen, c'est aussi cette ville toute grise à cause des pierres utilisées pour la construction et l'unité architecturale qui fait que tous les bâtiments sont construits en pierre de taille ou qui ont un revêtement imitant cette pierre. C'est pas vilain du tout mais ca surprend au début de voir tant de gris. C'est aussi le musée d'art complètement gratuit ou l'on peut voir des oeuvres de Matisse, Van Gogh, Bonnard, Laurencin, Pisaro, Braque et bien d'autres sans avoir les foules et sans payer un centime pour entrer, c'est aussi le restaurant italien au coin de la rue, pas une pizzeria quelconque, non, un vrai restaurant italien, sicilien en fait avec plein de plats que l'on ne voit jamais dans les pseudo pizzeria-trattoria bas de gamme, ou alors ce restaurant dans une église ou ce pub immense qu'est le monkey house. Dommage que je ne reste chaque fois qu'une seule nuit pour visiter, mais demain matin, boulot oblige, j'embarque en hélico pour la plateforme.

Aucun commentaire: