Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 23: Le Congo

Chapitre 23: Le Congo

samedi 7 avril 2012

Eclairé par les torchères

Le camp se trouve à 8 km du site au milieu des dunes. C'est une petite ville d'une cinquantaine de bâtiments avec des bâtiments en dur, deux mosquées, deux piscines, un terrain de foot, une salle de sport, un terrain de tennis, deux cantines, une clinique. Pour aller sur le site depuis le camp, il y a un service de bus avec départ obligatoire à 6h du matin mais par contre on peut revenir à 13h30, 14h30, 15h30, 16h, 16h30, 17h, 17h30 puis 19h30 pour le dernier bus. Si on loupe celui de 17h30 on est donc coincé sur le site pour deux heures supplémentaires, autant dire que personne ne s'y risque. Les bus les plus prisé sont ceux de 14h30 et 15h30. Certains privilégiés ont leur propre chauffeur, ou leur propre véhicule. Il y a aussi un autre camp pour ceux qui viennent en famille, mais je n'ose même pas imaginer la joie de la famille de rester ainsi au milieu des dunes éclairé par les torchères qui crachent leurs flammes jour et nuit.

Aucun commentaire: