Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 22: Le Ghana

Chapitre 22: Le Ghana

jeudi 28 juin 2012

Comme un pet de chameau au milieu d'une tempête de sable

Ejecté du chantier pour une connerie que je n'ai pas faite mais parce que j'étais responsable de celui qui l'a faite et par contre lui, non seulement il n'est pas éjecté mais en plus du fait de mon départ deviens responsable. Une histoire de fou, mais le client a ainsi tranché, je n'ai pas empêché mon collègue de travailler alors qu'il n'avait pas l'autorisation de travailler. Et étant donné que comme ingénieur de démarrage j'étais le responsable de la sécurité sur le site, je dois prendre mes responsabilités et partir. Celui qui a pris la décision de travailler en absence d'ingénieur de démarrage et donc devient responsable de la sécurité, donc mon éviction fait que celui qui n'a pas respecté les consignes client reste et devient responsable de la sécurité du fait du départ de celui qui n'a rien fait. La logique allemande amène parfois à des situations rocambolesques mais on ne peut pas aller contre tant de rigidité. C'est comme essayer de se faire entendre en chuchotant au milieu d'un cyclone ou alors une autre que j'aime bien, c'est comme un pet de chameau au milieu d'une tempête de sable. Mais quand on sait en plus que la soit disant connerie n'en était pas vraiment une car le client avait déjà commencé à déboulonner la tuyauterie et donc l'installation n'était plus en gaz et on attendait cela comme feu vert, qu'il n'y ait plus de gaz. Voyant donc un ouvrier démonter un tuyau, il en a déduit qu'il pouvait travailler et c'est comme cela qu'il s'est fait chopé en train de dévisser un boulon. 

Aucun commentaire: