Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 23: Le Congo

Chapitre 23: Le Congo

samedi 7 juin 2014

Grandeur et décadence de l'homme

Cette fois c'est la bonne. La der des der, du moins pour un bout de temps, deux ans pour les plus optimistes, jamais pour les réalistes. Ce devait être le plus gros projet du monde moderne réunissant tous les grands du pétrole, Agip, Shell, Exxon Mobil, Total mais aussi les chinois, projet expérimental. Mais ici les gens disent expences mental tant le budget initial a explosé. Dix ans de retard déjà, mais combien encore? Peut être nos petits enfants réussiront peut être là ou nos contemporains ont essayés, peut être que les civilisations futures visiteront ce site archéologique comme une phobie innexpliquée de la grandeur et décadence de l'homme au même titre que les statues de l'ile de Paques et la disparition des Incas. Ce qui est surprenant ici c'est c'est acharnement à continuer dans la mauvaise direction avec l'objectif suprême d'échouer. Tout le monde, du plus petit niveau au presque le plus grand répête à longueur de journée que cela ne marchera jamais mais surtout on continue. Et quand par hasard, quelque chose se met à marcher, vite on fait tout pour l'arrêter en inventant toute raison valable pour ralentir le projet. Au moindre problème simple on envoi le poisson rouge de service pour le résoudre afin d'être sur qu'il ne mémorise pas plus de deux secondes ce qu'il vient de faire et que de cette façon il rende le problème tout d'un coup très compliqué et si jamais malgré cela l'ovipare de service trouvait la solution, alors soudain surviendrait le procédurier inventant sur le coup le besoin d'une nouvelle procédure éfitée en trois langues, anglais, russe et kazakh ou l'obsédé du contrôle de dernière minute qui demande de retester ce qui a déjà été testé milles fois. Puis viens la fausse alarme, le permis de travail qui n'a pas été signé par la trente deuxième personne introuvable mais indispensable ou tout simplement parce que personne n'avais pensé au problème pouvant survenir en faisant ce que l'on n'avait pas vraiment décidé de faire mais que l'on a fait quand même pour éviter ce que l'on devait faire. Ayant passé 6 rotations à essayer de comprendre le but de tout cela, je suis encore surpris de voir des responsables dirent en off qu'ils ne produiront jamais et s'activer dans l'urgence pour y parvenir (à ne pas produire).

Aucun commentaire: