Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 22: Le Ghana

Chapitre 22: Le Ghana

mardi 29 juillet 2014

Les cailloux dans la chaussure

On crois pouvoir quitter un site mais au dernier moment, un caillou se glisse dans la chaussure. Ce caillou là, n'a rien à voir avec le travail, c'est une affaire de bagages. L'avion du client n'étant affrété que le dimanche, celui-ci m'a alors réservé ma place sur l'avion affrété par le client final qui applique une politique très stricte sur le poids des bagages limité à 20kg que hélas je dépasse allègrement, ne faisant pas de rotations permanentes ici et de plus transportant du matériel. Donc, si je sais que je peux voyager, je n'en sais rien concernant mes bagages. Peut être devrais je, comme on me la proposé ici, abandonner une partie de ceux ci afin qu'ils soient acheminés par la route pour arriver sur la base vie d'Hassi Messaoud à un moment ou je serais déjà parti? Solution envisageable depuis aujourd'hui ou j'ai également appris qu'un deuxième caillou s'était glissé dans ma chaussure. A savoir que je ne rentre que pour 24h à la maison pour revenir presque au même endroit, en Algérie toujours mais sur un autre site situé à une soixantaine de kilomètres d'Hassi Messaoud près de Ouargla. Et encore, c'est vingt quatre heures, je les aient arrachées au forceps car on voulait me faire aller directement d'un site à l'autre sans passer chez moi. Arrivé le jeudi soir et reparti le samedi matin. Alors, dans cette optique et même si mon vol de retour en Algérie ne se pose pas à Hassi Messaoud mais à Ouargla, j'aurais pu éventuellement envisager la récupération d'une partie de mes bagages avec des efforts rocambolesques en prévision pour trouver un véhicule m'emmenant du site à la base vie de l'autre site, après mon travail, avec retour le soir même de nuit, je vois déjà le topo d'ici. On aurait pu aussi corser la chose en faisant cela pendant le ramadan ou l'Aïd, je pense que je vais proposer le concept à TF1, ca pourrait doper l'audimat... 

Aucun commentaire: