Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 22: Le Ghana

Chapitre 22: Le Ghana

lundi 13 avril 2015

Utiliser ses dons pour la palabre

Les nigérians ont pour habitude de parler très fort et surtout de s'écouter parler, sortant des belles phrases pleines de symboles et de références historiques sur le moindre sujet, juste pour le plaisir de tenir le crachoir le plus longtemps possible et être ainsi l'objet de l'attention des autres. Leur sujet de prédilection reste la bible ou les références historiques ne manquent pas et qui peut être utilisée à toutes les sauces aussi bien pour expliquer le résultat des élections, que l'issue d'un match de foot ou tout simplement la raison pour laquelle il pleut ce jour et pas la veille. Quand les discussions passionnées ont lieu dans les vestiaires ou dans la salle café, le seul dérangement à subir est alors le niveau particulièrement élevé des décibels mais somme toute acceptable en regard de celui que l'on doit subir à proximité des machines mais quand cette discussion a lieu dans le couloir des chambres cela devient nettement moins agréable. Parfois cette conversation peut continuer au téléphone. Le téléphone, un autre outil de prédilection des nigérians pour utiliser leurs dons pour la palabre et qu'ils utilisent à outrance enchaînant appels sur appels jusqu'au beau milieu de la nuit. Quand ils arrivent à épuiser la conversation orale, ils se rabattent alors sur Facebook, mobilisant les rares ordinateurs mis à la disposition de tout le monde pour se connecter.  Reste quelques minutes par jour consacrées au travail quand il ne reste plus aucune excuse pour ne rien faire.

Aucun commentaire: