Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 23: Le Congo

Chapitre 23: Le Congo

lundi 20 juillet 2015

Un jour sans fin

Il y a un film qui passait au cinéma il y a une vingtaine d'année qui racontait la journée d'un personne qui se répétait indéfiniment encore et encore. Un jour sans fin, c'était le titre. Et bien, ici, j'ai l'impression d'être dans ce film que le disque s'est rayé pendant la nuit et qu'on recommence exactement la même journée encore et encore. Se lever le matin, descendre au petit déjeuner, aller vérifier ses emails, faire un petit tour sur le site histoire de s'occuper, revenir au bureau, chercher désespérément quelque chose à faire en fouillant dans son ordinateur, classant les photos des années passées, planifiant les travaux qui reste à réaliser chez soi ou surfant sur le net à la recherche désespérée de l'objet indispensable dont on aurait besoin dans un futur immédiat, puis c'est l'heure du déjeuner, petite sieste, de nouveau ordinateur puis visite sur le site, téléphone à la maison (le seul événement digne d’intérêt), petite séance de sport rapide, douche, repas du soir, film sur son lit et on se couche prêt à recommencer le lendemain. Heureusement, un matin tout d'un coup le disque n'est plus rayé et c'est le jour ou l'on saute dans l'hélicoptère pour repartir à terre, ce jour là c'est dans deux jour maintenant, ce mercredi et je l'attend avec impatience.

Aucun commentaire: