Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 22: Le Ghana

Chapitre 22: Le Ghana

jeudi 17 septembre 2015

Un cauchemar appelé Brésil

Pour certains, le Brésil sonne comme un pays de rêve et chaque fois que je leur dis que je pars là-bas, ils me disent: "Oh tu as de la chance". Ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'ils sont très loin de la vérité. Je ne parle même pas des conditions exécrables dans laquelle on nous fait vivre en offshore et dont les Brésilien s’accommodent parfaitement, ni des mesures de sécurité inexistantes sur les mêmes plateformes et dont les Brésiliens en ignorent le danger, mais je parle de la vie à terre ou les riches se barricadent derrière des murs équipés de mirador et de caméras, ou l'on ne peut pas regarder la télévision sans avoir envie de gerber tellement les programmes sont d'une nullité inimaginable, prenant la populace pour les derniers des cons et se vautrant dans la bassesse et la vulgarité, des agressions quotidiennes, vol à l'arraché, meurtres, drogue et dont la police n'a même plus assez de moyens pour en venir à bout, de la corruption étatique qui, signe d'amélioration, a fini par être mise à jour, des bidonvilles tentaculaires qui s'étendent à perte de vue dès que l'on quitte les centre-villes, de la crise économique astronomique qui fait que tous les avantages concédés par Lula aux plus pauvres sont désormais remis en question, des folies de grandeur du même gouvernement qui s'obstine à organiser des jeux olympiques alors que la population n'a pas de quoi survivre, de la catastrophe écologique ignorée par les gouvernants qui fait que la forêt amazonienne est sacrifiée, les autochtones massacrés ou mourants du fait des maladies apportées par les prédateurs de la race humaine avide de bois exotique, de soja, d'or ou d'autres denrées que la forêt n'a pas su assez cacher. Tout cela font que pour beaucoup le rêve est plutôt un cauchemar. Un cauchemar appelé Brésil.

Aucun commentaire: