Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 23: Le Congo

Chapitre 23: Le Congo

mercredi 16 décembre 2015

La raison du sandwich

Quand on ne souhaite pas manger à la cantine car le menu ne convient pas vraiment, il y a toujours la possibilité de se faire faire un sandwich dans l'espace café et comme chez Subway on choisi ses ingrédients. Le choix est assez large entre le thon, le poulet, la viande, les concombres, les oeufs, le fromage, les tomates, la salade verte, les oignons donc on peut faire faire son sandwich à sa convenance mais seulement son sandwich car il est interdit d'en avoir deux. Les babouchkas qui servent s'y opposent fermement. On se dit alors que l'on limite la consommation car il n'y a pas assez d'ingrédients mais juste après la fabrication du sandwich la même babouchka sort une barquette et demande ce qu'on veut mettre dans la barquettes à savoir le même choix d'ingrédients que le sandwich hormis le pain. Pourtant derrière elle, il y a des pains préparés pour les sandwich à profusion prêts à être utilisés. On a essayé de leur expliquer que c'était la même chose, que juste on préférait avoir les ingrédients dans du pain plutôt que dans du plastique, que c'était plus pratique, meilleur et plus écologique mais alors soudain les visages se ferment, le peu d'anglais est oublié et les babouchkas ne comprennent plus que le russe ou le kazakh. Impossible de se faire comprendre, soit on accepte l’imbécillité de la règle comme ayant une raison profonde dont nous ignorons le but mais qui est forcément hautement raisonnable comme toutes les règles les plus ridicules que nous pouvons rencontrer ici ou alors on décide de retourner à la cantine manger le chou et le bout de viande bouillie qui ne nous a pas inspiré juste avant. On va dire que c'est la raison du sandwich.

Aucun commentaire: