Note de l'auteur

Ce blog évolue sans arrêt sauf pendant mes périodes de rotation à terre, aussi bien dans les articles que dans les animations sur le coté gauche. Et surtout n'hésitez pas à écrire vos commentaires en bas de chaque article.

Remarque importante: Certains de ces articles font l'objet d'une modération de ma part afin de ne pas froisser certaines sensibilités qui pourraient s'échauffer rapidement étant donné le contexte difficile de certains lieux de travail. Si toutefois malgré mes précautions, tel était le cas, ceci ne serait pas du tout intentionnel de ma part et je m'en excuse d'avance.
Please consider your environmental responsibility before printing this blog.

Chapitre 22: Le Ghana

Chapitre 22: Le Ghana

dimanche 26 février 2017

Les travailleurs de l'ombre

Quelque part au dessus de la Turquie après avoir survolé le Golfe Persique et l'Iran et avoir soigneusement contourné l'Irak, je peux écrire ce post, grâce à la technologie satéllitaire mise à la disposition par KLM aux usagers des vols long courriers. Pas passé énormément de temps aux Émirats, une petite semaine, juste le temps pour équilibrer un compresseur. Séjour terminé par un saut relaxant d'une journée à Dubaï. Dubaï, la ville des extrèmes entre le démesuré, le bling bling, le délirant et ceux qui tout en bas font tourner tout ce rouage dans l'ombre, les esclaves du monde moderne, ceux qui meurent sur les chantiers de construction démeusurés ou qui se retrouvent à la merci de leurs maîtres sans passeport ni argent. Ceux qui essayent de vendre dans des souks se trouvant parfois a deux heures de route de leurs camps où ils sont parqués à 10 par chambre. Ces Indiens, Pakistanais, Népalais, Bengalis, Sri Lankais ou Philippins qui ont laissé derrière eux leur famille dans l'espoir d'une vie meilleure et qui par leur travail harassant de chaque jour ont permis que je prenne ces photos au sommet du Burj Khalifa, dans le souk ou à l'aquarium de l'hôtel Atlantis. Je leur rend hommage. 

Aucun commentaire: